Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entretien avec Pierre Olivier Liard, un passionné de mécaniques

Publié le par Plaisir Automobile

 Sans titre-1

 

   

Au grès de mes pérégrinations horlogères, j’ai rencontré il y a quelque mois Pierre Olivier Liard un jeune homme passionné d’horlogerie et d’automobiles. Il nous présente son projet un peu fou de tricycle. Entrevue avec un passionné de mécaniques.

 

 

 

 

Alan D : Bonjour Pierre Olivier, avant de nous présenter ton projet, peux-tu te présenter ?

Pierre Olivier L : Bonjour Alan ! Alors je suis un jeune fou ! Je suis passionné d’automobile, de moto, et de montres depuis mon plus jeune âge. C’est d’ailleurs ce qui m’a incité à m’engager dans des études de design et à me spécialiser en transport. Je vais bientôt fêter mes 20 ans et ma seule motivation est la passion qui nous anime, nous passionnés. J’aimerais d’ailleurs citer Benjamin Muller dans le travaille qu’il a entreprit avec sa marque horlogère MBenjamin.

 

AD : Quelle est la voiture que tu rêverais de conduire un jour et pourquoi ?

P-O.L : Le plus fou ?! La Ferrari 250 GTO, pas très originale mais c’est un mythe aussi bien pour son moteur que pour sa ligne. Cette voiture découle directement de la passion. J’ai eu l’occasion d’en voire une un jour et il se dégage quelque chose de cette voiture.

 

AD : Quelle sont la marque et le modèle le plus mythique selon toi ?

P-O.L : Hummm…. Pas évident comme question… J’en donnerais deux : Bugatti, pour l’époque dont cette marque est le témoignage. En effet l’heure de gloire de cette marque se situe entre les deux guerres mondiales, un passionné en est à la tête et il veut créer le meilleur ! C’est assez fou de ce dire que l’Europe se relève de l’une des guerres les plus meurtrières, et qu’un homme va créer des voitures « irréelles » par leurs caractéristiques et leur prix. On voit bien là que même dans les périodes les plus dure l’homme à besoin de se raccrocher à quelque chose de passionnelle. La seconde marque serait pour moi BMW. Cette marque à su se relever dans un pays anéanti par trois crises du XX°siècle, la WW1, la crise économique de 1929, et la WW2, je ne parle même pas du rideau de fer. BMW a réussi l’exploit de devenir une référence en 40 ans (réussite automobile seulement). De plus aujourd’hui cette marque est le fer de lance du renouveau de l’automobile avec des rendements moteurs impressionnants et sans cesse améliorés.

 

3l0d3663redimensionnerPierre Olivier et Benjemin Muller

 

AD : Venons en maintenant au sujet qui nous intéresse particulièrement, peux tu nous présenter ton projet ?

P-O.L : Ce n’est pas tout à fait mon projet. Nous l’avons pensé à deux avec un ami, Clément Le Lay. Il s’occupe d’ailleurs de la partie plus technique du projet. Ce projet s’appelle Projet F-PC3W. Un nom un peu compliqué qui reprend en partie le système d’immatriculation dans l’aviation. Ce projet est un projet de tricycles s’inspirant des avions de chasse des années 50 et plus particulièrement du Dassault Ouragan. L’idée est aussi d’appliquer le mode de conception des moteurs d’avions de chasse : la modulation. En gros le tricycle comportera trois modules : train avant/ habitacle/ moteur-train arrière. Nous souhaitons donc créer un tricycle à moteur centrale arrière. Ce moteur ainsi que l’ensemble boite-transmission sera issu d’une moto de moyenne cylindrée (600 cm3 environ). Le train avant sera celui d’une citadine et le châssis sera de type tubulaire en acier. Nous voulons un engin fun, le plaisir est la base de ce projet.

OuraganAlsace Dassault Ouragan


AD : Quel est ton rôle ?

P-O.L : Alors étant deux nous avons décidé de nous diviser les tâches. Clément s’occupe donc de la partie technique et du design, et moi je m’occupe du design et de la communication. Clément étant aussi designer nous nous en occupons tous les deux, mais lui étant en secteur produit (donc pas le même programme), je serais donc plus sur le design qu’au début du projet.


AD : Votre projet se destine t il à une production en série ?

P-O.L : Non, sauf si nous trouvons un financier qui souhaite se lancer dans la série. L’idée première est de faire un engin fun avec le moins de contraintes financière possibles, donc un modèle unique.

 

AD : Dans quel cadre est réalisé votre projet?

P-O.L : Alors le but premier est… de se faire plaisir ! Nous souhaitions déjà créer un engin « différent », nous avions réfléchi à un jet-ski un peu particulier et puis les contraintes étant très forte et ayant tous les deux une passion pour l’automobile nous avons choisi le tricycle. Ensuite j’ai eu l’occasion dans discuté avec deux de mes profs. Et là, ça a été des « mais c’est génial ! », « votre projet est top », « il faut le pousser a fond », « on va faire une conférence de presse avec une présentation », etc ! Du coup le projet a été intégré avec notre accord dans le programme de l’année ! Ce sera donc mon projet de certificat pour cette année (même si l’engin n’est pas fini) et nous aurons une exposition au Salon de l’Automobile de Paris 2012. Nous avons donc une double pression : l’école (Créapole ESDI) et nous !!!

 

F-PC3WDessin du projet F-PC3W


AD : A quel stade en est votre projet ?

P-O.L : Au début ! Nous avons les fonds pour le châssis, un partenaire pour la peinture personnalisé, les plans de la partie centrale du châssis et les dessins extérieurs. On peut dire que la phase de développement touche à sa fin.

 

AD : Quelles sont les prochaines étapes ?

P-O.L : Les prochaines grosses étapes concernent la réalisation du châssis tubulaire ainsi que le train avant. Il nous manque 1500€ pour acquérir la moto qui servira de base mécanique, la fibre de verre pour réaliser la carrosserie et les différents accessoires. Il nous faut donc trouver encore quelques sponsors que ce soit des particuliers ou des entreprises.

 

Bon courage Pierre Olivier pour ce projet passionnant et rendez vous donc à Paris pour le Mondial de l'Automobile 2012

Commenter cet article